Archives Pages d’Accueil 2019

2019 Armor Yoga.jpg

Page d’Accueil du Mois de Décembre

sapin_neige

Joyeuses Fêtes de Fin d’Année !

musiquetheatrechant_423546768_ZBOUB_3

La Pensée du Mois de Décembre

« La Déesse est une belle femme élancée, au nez aquilin, au visage mortellement pâle, aux lèvres rouge orangé comme les fruits du sorbier, aux yeux d’un bleu saisissant et à la longue chevelure blonde. Elle peut se transformer tout soudain en truie, en jument, en chienne, en renarde, en ânesse, en belette, en serpent, en chouette, en louve, en tigresse, en sirène ou en sorcière repoussante. » (Robert GravesLa Déesse Blanche, Chapitre 1 page 26)

Bonjour à Toutes et à Tous !

Nous avons le plaisir de retranscrire ici l’article « Ce qu’il y a de vrai chez les sorcières » de Monsieur Jean-Marc Dupuis dont Gabriel nous fit la lecture, à l’issue de notre repas annuel qui s’est tenu le 16 novembre dernier au restaurant « Le Guildony ». Certaines et certains d’entre vous ont réclamé ce texte, revisité pour l’occasion et supplémenté de liens hypertextes des plus enrichissants. Le voici donc à point nommé, car sous quelque aspect, sa teneur n’est pas étrangère aux fêtes de fin d’année qui arrivent à grands pas. Tous les ans, à pareille époque, d’aucuns s’interrogent sur le sens premier de la fête de Noël qui semble bien éloigné du cadre religieux institutionnel. La Religion (religare = relier) n’est-elle pas un long fleuve dont la source remonte à la nuit des temps ? Les traditions celtique, bardique et scandinave, les contes, les mythes et les légendes sont truffés de trésors, d’informations, de symboles, autant de signaux sémaphoriques nous guidant sur les crêtes et chemins de la connaissance. C’est pourquoi, nous avons pensé que l’ouvrage de Robert Graves, livre richement et savamment documenté, constituerait une excellente idée de cadeau de Noël. Une fois le livre lu jusqu’à la dernière page puis refermé, peut-être vous direz-vous : « on nous a menti pendant 2000 ans !  » …

thumb-la-sorciere---personnage-et-legendes-2059

Ce qu’il y a de vrai chez les sorcières…

Les sorcières avaient, comme chacun sait, des potions à base de bave de crapaud, sang de fœtus humain et chair de vipère. Ces potions pouvaient donner des visions, donner l’impression de voler (sur un balai), voyager dans le temps, comme on l’a vu dans « Les Visiteurs ». Rien de tout cela n’est inventé.

La potion à base de chair de vipère

a vraiment existé

220px-Tacuin_Thériaque41

Des recherches approfondies ont permis d’établir l’usage depuis au moins 2000 ans en Occident d’une potion censée être une panacée (soignant toutes les maladies).

Sa composition varie selon les écrits et les époques mais elle a toujours été très compliquée avec plus de cent ingrédients. A une époque où la classification des végétaux et des substances chimiques n’était pas encore bien établie, les noms des plantes ne désignaient pas toujours, selon les lieux et les époques, les mêmes espèces.

En revanche, deux ingrédients se trouvaient toujours dans le thériaque : la chair de vipère et l’opium, comme l’explique Christian Le Marec dans son Histoire de l’opium.

On peut supposer donc que la chair de vipère s’accompagnait de quantités infinitésimales de venin. Quant à l’opium, issu du pavot, ses vertus soporifiques et analgésique (anti-douleur) sont connues depuis les Sumériens (avant même les Egyptiens et les Grecs, qui faisaient grand usage du pavot comme en témoignent les aventures d’Ulysse chez les lotophages mangeurs de pavots).

Je rappelle que certaines variétés de pavot, en particulier la variété européenne « Parvum somniferum » produisent un alcaloïde bien connu des médecins modernes : la « morphine », isolée au début du 19e siècle et tenant son nom de la déesse du sommeil Morphée, et pour cause.

image souffle de morphée

De la morphine, des chimistes allemands de la firme Bayer ont synthétisé une molécule appelée di-acétyl-morphine, commercialisée avec grand succès à la fin du 19e siècle sous le nom de « héroïne ».

Eh oui, « héroïne », parce que vraiment, en matière de médicament, les pharmaciens de l’époque pensaient qu’on ne trouverait jamais rien de mieux ! Il fallut une dizaine d’années de désastres pour que l’héroïne soit enfin interdite en 1905.

Le crapaud hallucinogène

Scan-1848-Parotoid-Glands

La légende de la bave de crapaud quant à elle, est évidemment tout ce qu’il y a de plus authentique. Les crapauds du genre « bufo » secrètent un mucus riche en bufotoxines dans leurs glandes parotoïdes. Ces toxines provoquent un très grand nombre de réactions cardiaques, nerveuses, respiratoires, ainsi que des visions, hallucinations auditives, etc. jusqu’à l’épilepsie. Ces crapauds sont d’ailleurs utilisés aussi en médecine traditionnelle chinoise, mais sous forme de poudre obtenue en broyant de la peau de crapaud séchée, connue sous le nom de chansu, « Bufonis Venenum ».

Mais les sorcières

avaient bien d’autres tours dans leur sac

Elles connaissaient les champignons hallucinogènes :

  • Tout d’abord les célèbres psilocybes, donnant des visions kaléidoscopiques popularisées par les Beatles, experts en « champignons magiques » (magic mushrooms) et aujourd’hui très étudiés pour leur effet apparemment stupéfiant contre la dépression majeure…
  • Les amanites tue-mouche, ces fameux champignons rouges à point blanc, dont tout le monde croit qu’ils sont mortels, mais qui peuvent en réalité être mangés et donnent paraît-il une extraordinaire impression de voler (mais aussi de terribles maux d’estomac dans 50 % des cas).

Certains racontent que notre Père Noël, gros bonhomme rouge et blanc, serait un lointain dérivé de ce champignon, qui pousse en hiver dans les forêts de sapin. De là proviendrait l’étonnante légende de cet homme circulant sur un traîneau volant tiré par des rennes.

Le traineau volant du Père Noël

Il s’agirait de rites chamaniques venus de Scandinavie et même de Sibérie. D’où le fait qu’on retrouverait des amanites tue-mouche comme décorations traditionnelles sur les sapins et les bûches de Noël, en particulier dans les pays germaniques…

images Bûche de Noël

Les sorcières connaissaient également la jusquiame, la belladone et la digitale, des plantes riches en alcaloïdes faisant varier la pression sanguine, la dilatation de la pupille, le rythme cardiaque et pouvant provoquer des pertes de connaissance (et d’ailleurs la mort).

Ces plantes faisaient partie de la trousse à pharmacie de tout bon médecin avant 1914, et il est hautement probable qu’ils les aient découvertes auprès des sorcières.

Connaissance des Simples

grimoire

Toute sorcière qui se respecte devait aussi connaître les simples, ces plantes médicinales qui, comme leur nom l’indique, s’utilisent seule (contrairement donc aux potions, et en particulier au thériaque).

Ces simples, nous les utilisons toujours aujourd’hui, nous les prenons en tisanes, en décoctions, en extraits alcooliques ou glycérinés, en poudre ou entières dans notre cuisine de tous les jours.

Ce sont la verveine, la sauge, la camomille, la bardane, l’achillée millefeuille, la réglisse, la guimauve, l’armoise, la valériane, le millepertuis et tant d’autres.

Et je ne parle pas des autres compétences extraordinaires des sorcières qui étaient capables de se mettre en transe et de faire de la divination, interprétation des rêves, exploration de l’inconscient, philtres d’amour et autres formes primitives de la psychologie analytique moderne.

images potion de sorcières

Avec tout ce qu’elles apportaient,

pourquoi brûlait-on les sorcières ?

images Schiappa

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat, a signé récemment un appel dans le Journal du Dimanche « Sorcières de tous les pays, unissons-nous », dénonçant avec passion les persécutions horribles subies par les sorcières à travers les âges.

Elle a aussi déclaré dans Elle s’intéresser à la sorcellerie (cartes, amulettes, chiffres magiques), intérêt qu’elle explique par ses origines villageoises corses. Elle revendique à ce titre de ne pas être brûlée comme tant de ses prédécesseurs. 

Je vais peut-être vous étonner mais cet appel me paraît important.

En effet, malgré l’abolition de la peine de mort, malgré les droits de l’homme et de la femme qui semblent progresser partout dans le monde, il ne faut pas être naïf et imaginer que l’hystérie et les phénomènes de foule aient disparu.

Certes, on ne dresse plus des bûchers sur les places. Et ce ne sont plus les prêtres et les évêques qui pourchassent « l’hérésie », comme au Moyen-Âge.

Mais nous connaissons d’évidentes et très violentes chasses aux sorcières, qui ont lieu quotidiennement, sous nos yeux, via la presse, les réseaux sociaux, les blogs, les sites Internet et les smartphones.

Une personne prononce un mot, une phrase, considérée comme « intolérable », « inacceptable », « scandaleuse ». On lui reproche un fait, remontant à plusieurs décennies, et sans qu’aucune preuve matérielle ni enquête judiciaire n’ait eu lieu, c’est toute la meute des journalistes, suivie par des foules vociférantes qui se précipitent.

Elles crient, invectivent, tout cela via leurs claviers évidemment, mais la victime n’en est pas moins harcelée, exposée dans toute son intimité à la vue de tous sur Internet.

Elle est poussée à supplier qu’on l’épargne, à s’enfuir, disparaître symboliquement des réseaux en effaçant son profil, avec des conséquences très réelles sur sa vie (exclusion sociale, licenciement, dépression, suicide).

Bref, n’imaginons pas trop vite que nous sommes passés des ténèbres à la lumière.

L’origine de l’image de la sorcière

image de la sorcière

La sorcière, comme le rappelle le texte signé par Marlène Schiappa, peut se présenter sous les traits d’une horrible vieille femme mais aussi sous ceux d’une jeune tentatrice abominablement séduisante.

Dans les deux cas toutefois, elle est le contraire de la sainte : douce, pure, bienveillante, inoffensive.

Les psychanalystes, qui ont travaillé sur l’origine des contes de fée, et donc sur le mythe de la sorcière, ont compris que la sorcière ne désigne pas une femme en particulier, à l’écart du village, mais toute femme, à certains moments, dans certaines conditions.

Ainsi, pour le petit enfant, sa Maman est à la fois la matrice chaude, douce et nourrissante, qui l’accueille, telle la Vierge à l’enfant sur ses genoux, mais également, potentiellement, la gorgone (furie) qui peut le blesser, le dévorer et, c’était l’obsession de Freud… le castrer !

Cette ambivalence n’est bien sûr pas particulière à la femme, mais à toutes les figures de notre imaginaire.

Ainsi la figure du père est-elle présente dans nos esprits à la fois sous les traits rassurants et sympathiques du vieillard ventru à barbe blanche, distribuant cadeaux et pain d’épices aux enfants (tel le Père Noël, Gepetto, Saint-Nicolas ou le Dieu de Michel Ange sur le plafond de la chapelle Sixtine) mais aussi sous les traits terrifiants de l’ogre, du tyran, tel le dieu Chronos qui dévore ses propres enfants, voire du violeur ou de l’assassin.

La petite fille, la poupée, est elle-aussi à la fois la figure la plus pure, la plus émouvante, la plus inoffensive… et la plus diabolique créature, comme on peut le voir dans tant de films d’horreur mettant en scène une poupée ou une petite fille infernale et cruelle (L’exorciste, the Kingdom de Lars von Triers, etc.)

L’union des contraires

Le psychologue Carl G. Jung a remis à la mode le mot « énantiodromie », qui vient de la philosophie d’Héraclite, pour désigner ce phénomène bizarre mais pourtant omniprésent de l’union des contraires, que l’on retrouve dans la philosophie orientale avec le symbole du Tao (Yin et Yang), et en Inde sous le concept du Maithuna, c’est-à-dire l’union sacrée de Shiva et de Shakti...

Ainsi l’erreur, faite par les foules médiévales comme par les internautes enragés d’aujourd’hui, n’est de voir qu’un seul aspect d’une personne humaine :

  • Réduire la femme à la sorcière, sous prétexte qu’elle peut crier d’une voix suraigüe, avoir « une langue de vipère », crever les yeux avec ses longs ongles, ou exercer une séduction tout-à-fait irrésistible.
  • Réduire l’homme à celui de violeur, de dominateur, de tyran, de tortionnaire.

Ou, réciproquement :

  • Ne voir dans la femme que la sainte, la douce, la protectrice, bienveillante, généreuse, dévouée et sacrificielle…
  • Et dans l’homme le papa-gâteau, le grand-père qui raconte de belles histoires aux enfants, ou le jeune Brad Pitt drôle et séduisant…

Mais non, malheureusement, les choses ne sont pas si simples que cela.

En chaque personne, on rencontre alternativement l’une et l’autre figure, sous des formes plus ou moins atténuées bien sûr. Mais toujours on se trompe lorsqu’on réduit une personne (ou une catégorie de personnes) à l’une des deux faces de la médaille.

Simplifier ainsi le réel, évacuer « l’énantiodromie », ce n’est pas aller vers le vrai, vers l’approche scientifique, mais vers l’idéologie. Une idéologie simplificatrice qui réduit, qui enferme, et ce toujours dans le but… d’exploiter !

 Cela  étant dit, et là où les choses se compliquent, c’est que l’homme n’est pas attiré uniquement par la « sainte » chez la femme, ni d’ailleurs la femme par le garçon poli, serviable ou apprêté.

Au contraire…

La sainte, c’est sympathique et rassurant. C’est aussi un peu ennuyeux.

Et l’homme honnête bien peigné, soigné, affable,  n’est pas toujours aussi attirant que le mauvais garçon un peu canaille.

Je vais prendre le contrepied cette fois de Marlène Schiappa, qui explique dans son appel que les hommes cherchent à exploiter voire tuer les femmes, et en particulier les sorcières.

Non, Madame Schiappia, pas tous, pas du tout…

Les hommes apprennent avec le temps à surmonter leur peur de la « sorcière » et à en apprécier les charmes, les mystères, les maléfices…

Ils recherchent chez les femmes mûres cette expérience, cette intuition profonde, dont ils ont besoin pour avancer, comprendre leur destin, se comprendre eux-même. Ils n’ont pas envie de les brûler, loin s’en faut !

Et quant aux jeunes « ensorceleuses »… je ne me prononcerai pas à ce sujet, ayant tout de même une réputation à sauvegarder…

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis.

Santé Nature Innovation.

deux sorcières au chaudron

Cet article vous a plu ?

Vous pouvez recevoir régulièrement

GRATUITEMENT

les lettres de Santé Nature Innovation

Cliquez ici pour vous inscrire

Santé Nature Innovation

A très bientôt sur Armor Yoga !

Le secrétariat du Yoga Plancoëtin, le 03 décembre 2019.

Ceridwen

Page d’Accueil Bimestrielle

Octobre – Novembre

Le Principe de reliance

La Pensée Bimestrielle

« Connaître l’humain, c’est d’abord le situer dans l’univers,

non l’en retrancher. » (Edgar Morin)

Bonjour à Toutes et à Tous !

Cet article est le premier d’une longue série de neuf publications relatives aux 9 principes généraux appliqués à la pratique du yoga. Ce mois-ci, nous commenterons le « Principe de Reliance » et de son éthique créée par le sociologue Edgar Morin.

La Reliance… Kesako ?

Le substantif sanskrit « yoga » nous renvoie, intrinsèquement, à deux signes de reconnaissance. Un coup de bistouri sémiotique et le mot parle de lui-même. Dans son étymologie, YOGA signifie d’abord « atteler » puis s’impose, par extrapolation sémantique, la notion de « relier ». Nous venons de mettre à vif le nerf du vocable « yoga » dont le « Yug » sanskrit fut substitué par le « jugum » latin, littéralement le « joug » ou pièce de bois que l’on place sur la tête ou le cou des boeufs. Ce radix indo-européen, nous le retrouvons dans le mot « con-jugal  » ainsi que dans le verbe anglais « to yoke ». Ainsi, dans son sens vocatif, le mot Yoga se revendique d’une double appartenance sémantique : atteler et relier

Relier quoi ?

L’éthique de la reliance est exempte d’ambiguïté, car elle indique le besoin de relier ce qui est séparé, disjoint, morcelé, détaillé, compartimenté, classé, trié voire fragmenté et dispersé… autant de disciplines, d’écoles de pensée, d’actions thérapeutiques dont le seul but est de reconstruire l’humain physique et psychique par une élaboration du schéma corporel, laquelle procède par morceaux.  L’image du soi corporel se dessine morceau par morceau en constituant des zones privilégiées. Cette notion que l’on acquiert par la pratique du yoga – entre autres disciplines -  permet de toute évidence l’amarrage des éléments disjoints du puzzle corporel et le corps devient alors le témoin rassurant d’une unité en voie d’être recouvrée…

Au vrai, tout se joue sur une posture interne, intimement silencieuse, pleine d’une force calme et concentrée, et ce dans un espace-temps qui précède celui imparti au cours de yoga.

Notre enseignant nous dit :

« Quand vous vous présentez au cours, je vois tout de suite si vous êtes en vrac ! » .

Et d’ajouter : « La réussite de votre séance de yoga dépend des cinq premières minutes et gardez présent à l’esprit le fait que votre corps commence réellement à travailler après 45 minutes de pratique. »

Pour complexifier un peu plus l’éthique de reliance en question, il surenchérit :

« Votre vie personnelle ne m’appartient pas. Je me tiens délibérément dans le non-connu de tout ce qui s’est passé dans l’heure qui précède votre cours de yoga. Il arrive souvent que ce laps de temps est plus ou moins fréquenté par des ingrédients perturbateurs… »

Enfin et aux fins de nous rassurer, vient la petite phrase qui apporte du baume au coeur et au corps :

« Je n’ai qu’un seul souci, un seul regard face à vos attentes, c’est de vous voir repartir en complétude et en plénitude… En pareil cas, la séance de yoga est réussie. ».

Edgar Morin

Le Génie de la Reliance

OUVRIR ICI

fichier pdf Le Génie de la reliance

Image de prévisualisation YouTube

Entretien avec Edgar Morin

Edgar Morin Penser global (suivre le lien)

Assemblée Générale du Yoga Plancoëtin

Samedi 16 Novembre 2019 à 11 h 30

(Salle de cours)

Assemblée Générale

A très bientôt sur Armor Yoga !

Le secrétariat du Yoga Plancoëtin, le 08 octobre 2019.

Yoga reliance

Page d’Accueil du Mois de Septembre

C'est la rentrée Yoga

La Pensée du Mois de Septembre

« Fais du bien à ton corps

pour que ton âme ait envie d’y rester. »

(Proverbe indien)

images

C’est la rentrée YOGA à Plancoët !

Lundi 09 septembre 2019

 Calendrier trimestriel

OUVRIR ICI

Calendrier Yoga

OUVRIR ICI

Forum des assos

Samedi 07 Septembre 2019

(salle omnisports)

A très bientôt sur Armor Yoga !

Le secrétariat du Yoga Plancoëtin, le 02 septembre 2019.

Yoga Style

Page d’Accueil Bimestrielle

Juillet – Août

En-conscience-566x377

La Pensée Bimestrielle

Juillet – Août 2019

« Notre vraie demeure est le maintenant. Vivre dans l’instant présent est un miracle. Le miracle n’est pas de marcher sur l’eau. Le miracle est de marcher sur la terre verte, en ce moment, d’apprécier la paix et la beauté qui nous entourent maintenant. » (Thich Nhat Hanh)

Bonjour à Toutes  et à Tous !

Notre saison yoga 2018-19 vient de s’achever. Le Bureau remercie tous les adhérents de leur fidélité et de leur assiduité aux cours, garantes d’une motivation sans faille. Rares furent les « décrochages » durant l’année et nous nous félicitons d’avoir maintenu, avec constance, des effectifs homogènes sur les quatre cours hebdomadaires.

Le Site Web de l’Association – Armor Yoga« poursuit son petit bonhomme de chemin ». Une nouveauté est en passe d’arriver sur la colonne de widgets, disponible à la mi-juillet. Il s’agit d’un article inédit de Paul Lévy, ethnologue français (1909-1998), traitant des « origines des postures de yoga ». Une réflexion archéologique monumentale, singulière et passionnante qui nous renvoie cinq millénaires en arrière du côté de la grande civilisation indusienne. La découverte commence ici et maintenant après avoir activé le documentaire ci-dessous.

Image de prévisualisation YouTube

La Civilisation de l’Indus

Outre ce documentaire, riche d’informations historiques, nous vous proposons également de faire connaissance avec Olivier Chambon, médecin psychiatre, qui nous montre une autre vision sur les méthodes de soins comportementales et cognitives. Une vidéo – L‘Intuitionde Laurence Georget, vient complémenter l’approche des « états élargis de conscience ».

Bon visionnage et bonne lecture de tout ces documents !

ia-mind

Image de prévisualisation YouTube

Olivier Chambon Etats élargis de conscience

Image de prévisualisation YouTube

Laurence Georget L’intuition

Infos Pratiques

Reprise de l’Activité Yoga

Lundi 09 septembre 2019

Forum des Associations à Plancoët

(salle omnisports)

Samedi 07 septembre 2019

A très bientôt sur Armor Yoga !

Le secrétariat du Yoga Plancoëtin, le 09 juillet 2019.

Meditation-aug08

Page d’Accueil Bimestrielle

Mai – Juin

Yoga Vintage

La Pensée Bimestrielle

Mai – Juin 2019

« Il y a une fissure en toute chose. C’est ainsi que la lumière peut entrer… » (Leonard Cohen)  

Bonjour à Toutes  et à Tous !

Depuis la période New Age (années 1980 – 90), le Yoga a le vent en poupe. Sous l’influence des vents d’ouest soufflant de Californie, la discipline du yoga n’a cessé de connaître un essor grandissant. Le mouvement du nouvel-âge s’est donc répandu dans tous les pays occidentaux sous des courants divers qualifiés de « bricolage syncrétique » de croyances et de pratiques selon certains sociologues. Ne soyons pas dupe ! Du magma ou de la nébuleuse « éco-ésotérico-spirituelle », le yoga a su tirer son épingle du jeu en s’imposant sur la scène internationale comme un paradigme de choix répondant aux besoins d’un public en quête de bien-être, de santé, d’épanouissement et d’un approfondissement du sentiment religieux, indépendamment de toute structure historiquement constituée.

Toutefois, depuis les signes annonciateurs d’une ère nouvelle, les vents ont tourné… Ils sont passés à l’est offrant ainsi au yoga l’opportunité d’écrire une nouvelle page de son histoire. Nous sommes en 2014 !

« Tout comme les Nations Unies, le Yoga a confiance dans le potentiel de l’être humain à transformer l’ensemble de l’humanité »

Secretary-General attends/speaks at Opening of High-Level Segment of COP21.

Ban Ki-moon Secrétaire Général des Nations Unies

Rappel historique 

L’ONU est à l’origine de nombreuses journées mondiales qui permettent généralement d’attirer l’attention sur de grandes causes. En décrétant que le 21 juin serait désormais celle de la Journée Mondiale du Yoga, l’Assemblée Générale a-t-elle voulu nous envoyer un signal raisonné ?

Un ministre du yoga

En effet, c’est à l’initiative du premier ministre indien Narendra Modi que l’Assemblée Générale de l’ONU a adopté le Jeudi 10 Décembre 2014 une résolution invitant à célébrer la journée du yoga, et permettre ainsi de « faire connaître les bienfaits de la pratique du yoga ».

177 nations se sont associées à cette initiative.

Narendra Modi avait déjà montré l’exemple en nommant un ministre du Yoga à l’occasion d’un remaniement du gouvernement indien ! Il s’agissait, selon ses dires, de relancer cette discipline selon les fondamentaux traditionnels de la culture indienne.

De ce qui précède, peut-on dire – en 2019 -  que le yoga est une mode ? Assurément non ! C’est pourquoi, nous avons confectionné un dossier « Yoga Vintage Footage » sur la question. Les premiers métrages sur la discipline du yoga datent de 1920. Certains dossiers vidéos prêtent à sourire, d’autres sont époustouflants voire transpirants (Yoga Bikram). N’importe ! Jugez-en vous-même ! Toutes ces archives ont le mérite de nous montrer l’adaptation du yoga aux moeurs propres à chaque génération et son évolution dans la société d’hier et d’aujourd’hui…

Bon visionnage et bonne écoute ! Le secrétariat du Yoga Plancoëtin.

Vintage Yoga

YOGA VINTAGE

Années 1930 – 2000

Image de prévisualisation YouTube

Le plus vieux métrage sur le Yoga

Image de prévisualisation YouTube

Krishnamacharya Vintage Yoga Footage

Image de prévisualisation YouTube

Krishnamacharya & B. K. S. Iyengar en 1938

Image de prévisualisation YouTube

SAMADHI – B. K. S. Iyengar en 1977

Archives Audio-Vidéo INA

OUVRIR ICI

Ina

La Folie du Yoga

Jeudi 16 mai 2019 par Ali Rebeihi

OUVRIR ICI

Logo-France-Inter

A très bientôt sur Armor Yoga !

Le secrétariat du Yoga Plancoëtin, le 20 mai 2019.

Yoga Style

Page d’Accueil du Mois d’Avril

Fleurs printemps

La Pensée du Mois

« Le rire de la joie, à l’encontre du rire de l’amusement, est en pleine harmonie avec la vie intérieure. » (Lewis Carroll)

Bonjour à Toutes  et à Tous !

Les vertus du yoga ne sont plus à démontrer surtout quand elles sont enseignées par la gente animale. Après le Goat Yoga, yoga avec des bébés chèvres, voici le Doga Yoga pratiqué par un berger australien Shepherd (une race de chien proche du Border Collie). Nul doute, vous éprouverez le plaisir de découvrir ces émouvantes et stupéfiantes images qui nous laissent sans voix tant l’harmonie est totale entre le chien et le Yoga Teacher. Autant dire que la « voix de son maître » est parfaite… Et si elle demeure « inouïe », elle n’en reste pas moins un vrai  régal pour les yeux !

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

NOUVEAU

Michel Angot – Les Mythes des Indes

(suivre le lien)

A très bientôt sur Armor Yoga !

Le secrétariat du Yoga Plancoëtin, le 02 Avril 2019.

we+printemps+vitalité

Page d’Accueil Bimestrielle

FEVRIER-MARS

La nature en hiver

La Pensée Bimestrielle

Février-Mars 2019

« Je sais aujourd’hui que l’âme humaine est omnisciente et toute puissante dès les commencements, et que l’homme ne peut faire pour elle qu’une chose : éliminer tous les obstacles qui peuvent l’empêcher de s’épanouir. » (Gustav Meyrink)

Bonjour à Toutes  et à Tous !

Chercher à comprendre la vraie nature du Yoga, sous ses aspects conditionnés et didactiques (rupa) ou sous sa forme métaphysique non-conditionnée (arupa), c’est s’interroger d’abord sur l’emploi que nous faisons de cette discipline plurimillénaire. Demandons-nous alors si nous sommes seulement consommateurs d’un produit traditionnel importé ou, à contrario, expérimentateurs d’un savoir, d’un art et d’une connaissance que l’Inde nous a légués. Soucieux d’éclairer ce questionnement et de laisser entrevoir la dimension cachée du Yoga, nous vous proposons deux documentaires exceptionnels au titre générique évocateur : SAMADHI

Nous avons déjà abordé, certes en filigrane, le thème du Samadhi, ultime étape de l’Ashtanga Yoga codifié par Patanjali. Sama en sanskrit signifie le même, semblable, uni, ce qui n’a pas changé A-dha ou Adhi suggère l’idée de reconcilier, de maintenir ensemble, de rétablir ou réparer, de mettre en ordre voire de réunir ce qui est séparé. A y regarder de près, sous la loupe à deux foyers – étymologique et sémiotique – le terme samadhi se rapproche singulièrement du mot Symbole, lequel dans son étymologie – sum-bolein – signifie « remettre ensemble » ou « réunir ce qui est épars ».

Dans l’expérience du Yoga, le Samadhi traduirait donc un état d’unification, de réparation ou de rétablissement d’une Unité Primordiale qui aurait été disjointe, morcelée, brisée, fragmentée…

Bonne lecture, bonne écoute !

Image de prévisualisation YouTube

SAMADHI - Le film 2017 - Partie 1

Headphones

Image de prévisualisation YouTube

SAMADHI - Le film 2018 - Partie 2

NOUVEAU

Michel Angot – Les Mythes des Indes

(suivre le lien)

A très bientôt sur Armor Yoga !

Le secrétariat du Yoga Plancoëtin, le 29 janvier 2019.

paysage-hiver-112

Page d’Accueil du Mois de Janvier

La Pensée du Mois de Janvier

« Un homme qui sait se rendre heureux avec une simple illusion est infiniment plus malin que celui qui se désespère avec la réalité. » (Alphonse Allais)

Bonne Année à Tous !

Bonne-Année-2019 Bocayoga

Image de prévisualisation YouTube

Les voyages de Loriane… L’hiver

Image de prévisualisation YouTube

Invitation à la Méditation

yoga-girl-mat

Reprise de notre activité Yoga

LUNDI 07 JANVIER 2019

Partage de la Galette des Rois

Semaine du 14 au 19 janvier

A très bientôt sur Armor Yoga !

Le secrétariat du Yoga Plancoëtin, le 03 janvier 2019.

paysage-hiver-112

RETOUR SOMMAIRE



Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire